Olivier Chastel : « Un plus grand nombre de médecins francophones en 2022 et un numéro Inami pour tous les étudiants en cours de cursus ».

12 octobre 2016 à 11:00

 

Le président du MR exprime sa satisfaction dans le dossier des numéros INAMI

 « Pour la première fois depuis plusieurs années, le quota francophone est augmenté ! Le nombre de médecins francophones diplômés et disposant d’un numéro INAMI en 2022 passera à 528 au lieu de 492 actuellement », constate Olivier Chastel.

Un avis important de la Commission de planification

Le gouvernement fédéral a tenu compte de l’avis rendu par la commission de planification en se basant sur le cadastre dynamique attendu depuis des années et obtenu par la ministre De Block. « Mais depuis cet avis, le Conseil d’Etat a cassé la décision de la Fédération Wallonie-Bruxelles d’instaurer un filtre après la première année d’étude », explique Olivier Chastel. « Cela va vraisemblablement provoquer un excédent d’étudiants diplômés dans les facultés de médecine francophones en 2021. Le gouvernement doit dès lors anticiper et réajuster à la baisse les quotas 2022. Cette mesure de correction est proposée dans l’attente d’une nouvelle estimation de la commission de planification pour l’année 2023 ».

Un numéro INAMI pour tous les étudiants en cours de cursus

Le Mouvement Réformateur salue par ailleurs l’intention du gouvernement fédéral d’octroyer un numéro INAMI à tous les étudiants en cours de cursus.
L’enjeu est de maintenir le très haut niveau des soins de santé en Belgique via une formation universitaire de qualité. Pour Olivier Chastel, il importe maintenant que la Fédération Wallonie-Bruxelles valorise davantage les filières en pénurie afin de faire face au manque de médecins généralistes dans certaines régions du pays et de certaines spécialités.


Depuis de longues années, le Mouvement Réformateur plaide pour la mise en place d’un examen d’entrée. « Il est donc indispensable que la Fédération Wallonie-Bruxelles passe enfin à l’action dans l’intérêt des étudiants et des universités qui ont besoin d’un cadre clair », conclut Olivier Chastel.

Photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet