You are here

Les secours ont répondu présents le 22 mars

A la une: 
Content: 

Le 22 mars dernier, le pays est frappé en plein cœur. Des attentats sans précédent qui ont couté la vie à 32 personnes et fait plus de 340 blessés. La commission d’enquête, mise en place sur proposition du Premier Ministre Charles Michel, a pour but de faire toute la lumière sur les évènements et de produire les recommandations qui lui permettront d’élever encore notre niveau de sécurité. De plus, sur proposition du groupe MR, et de son Chef de groupe Denis Ducarme, la commission traitera également de la montée du radicalisme dans notre pays et de nos politiques d’intégration.

Lors des deux premières journées d’audition, le Mouvement Réformateur, représenté par Denis Ducarme, Philippe Pivin, Richard Miller et Philippe Goffin, s’est montré particulièrement attentif sur le respect des procédures de secours et d’assistance mises en œuvre après les attentats afin de secourir les victimes. Il a ainsi pu constater que le nombre d’ambulances déployé était suffisant, comme l’a confirmé Eric Engels, le directeur du centre d’appel d’urgence (112).

Des systèmes de communication à améliorer

Peu après l’explosion de Zaventem, les réseaux de téléphonie mobile se sont retrouvés en partie saturés. Le réseau Astrid, mettant en relation les services de secours, a lui aussi connu quelques ralentissements. Une difficulté qui n’a pas freiné la prise en charge et l’hospitalisation des blessés.

Afin d’analyser dans le détails cette problématique, la commission d’enquête se poursuit ce mercredi 18 mai avec l’audition des responsables des services de télécommunication : IBPT (institut belge des services postaux et des télécommunications), Proximus et Astrid.

Les députés ont également pu constater que, depuis les attentats de Paris, les services de secours ont adapté leurs procédures et renforcé leur matériel embarqué pour faire face à des blessures plus graves. Une mise à niveau qui a sans doute permis de sauver des vies ce jour-là.

Enfin, à plusieurs reprises, une question s’est posée : fallait-il fermer le métro après l’attentat survenu à Zaventem ? Le chef du service de la Police des chemins de fer et du métro de Bruxelles, Jo Decuyper, estime qu’une fermeture anticipée aurait déplacé le problème : « Si on avait pu arrêter le trafic, l'attentat aurait sans doute eu lieu à la station Mérode, plus profonde et aux quais plus petits. »

Une question sur laquelle la commission d’enquête reviendra.

 

Picture: 
Square Picture: 
Introduction: 
Les travaux de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les attentats du 22 mars ont débuté ce lundi 9 mai et se poursuivent cette semaine. Les premières auditions se sont concentrées sur le rôle des secours à l’aéroport de Zaventem et à la station de métro Maelbeek.
Facebook Picture: 

User login