Bonne gouvernance, vraiment ?

5 juillet 2016 à 11:41

 

Le PS et le cdH avaient promis que le remplacement de Joëlle Milquet par deux ministres ne coûterait rien… Pourtant le doute est bien présent.

Opacité du coût des cabinets
 
Cette situation de doute existe à cause de l’opacité du coût des cabinets.
 
Dans une démocratie, le parlement contrôle le gouvernement et est aidé, pour mener à bien cette mission, par des institutions indépendantes comme la Cour des comptes. Mais si cela permet d’avoir un contrôle de légalité sur l’action des cabinets, cela ne permet pas d’avoir un aperçu détaillé de leur composition.
 
Le parlement reçoit un simple tableau reprenant le nombre d’équivalents temps-plein, mais il est actuellement impossible de connaître le véritable coût des cabinets, ni leur composition exacte, ni le nombre d’employés, etc.
 
 
Une situation qui révèle un problème

 
« Cette opacité sur le coût des cabinets a pris une différente ampleur suite au remaniement ministériel, remplaçant Mme Milquet par Mesdames Schyns et Greoli, dont le Président du cdH et le Ministre-Président nous avaient alors juré, la main sur le cœur, que cela ne coûterait pas un euro de plus ! Or, depuis, il a été demandé au parlement de prendre en charge la totalité du salaire de Mme Greoli, nous promettant un remboursement… Interrogé hier en commission, M. Demotte a dit ne pas être au courant de ces modalités de remboursement, ni d’une échéance de paiement éventuelle. Et aujourd’hui, le cabinet de Mme Greoli annonce un remboursement trimestriel, mais pourquoi demander au parlement de payer si l’argent est là ? Bref, rien n’est clair, tout est opaque ! Et il est évident que nous resterons très vigilants quant à la suite réservée à ce dossier », explique Françoise BERTIEAUX.
 
Le MR veut la transparence

 
Afin de mettre fin à cette zone d’ombre, Françoise BERTIEAUX, Valérie DE BUE et Alain DESTEXHE envisagent la transmission annuelle d’un rapport au parlement reprenant une série d’informations sur les personnes composant les cabinets, ainsi que sur la rémunération des ministres (en ce compris les avantages et les indemnités, ainsi que l’origine de cette rémunération).
 
« Actuellement les membres du gouvernement coûtent un peu moins de 1 million d’euros au parlement, mais quelle en est donc la ventilation exacte ? En effet sachant que, par une bizarrerie de l’histoire, le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles est le seul des parlements à intervenir dans le salaire des ministres - un système d’ailleurs dénoncé à son arrivée par le ministre du Budget André Flahaut (PS) -, celui-ci devrait donc pouvoir savoir comment est dépensé cet argent», demandent les députés MR.
 

Photos

Programme

Notre programme

Découvrez notre Manifeste et notre programme 2018

Programme complet